World Of Graphte
Bienvenue sur votre forum de référence sur le graphisme (et l'écriture) !

Vous y trouverez un service actif, sympathique mais surtout un travail de qualité ! Ce forum offre plusieurs services comme le codage, le graphisme, l’analyse de forum ...

Mais World Of Graphte est aussi un endroit convivial où l'on peut se divertir au travers de jeux, de sondages, de concours ...

Bonne visite et à bientôt.

L'équipe de World Of Graphte.

World Of Graphte

Bienvenue dans votre forum de discutions graphique ! Un monde ou tout est permis, un monde ou vous êtes libre et maître de vos créations !
 
CalendrierAccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Nouveau Blog et nouvelle page Google + ...

Besoin d'aide à la rédaction de ces deux choses ...


    

Venez proposer vos idées pour le blog ICI et pour la page Google + ICI ...

Venez nous aider à avoir une bonne réputation sur WOT en notant le forum au niveau de la sécurité.

Venez voter pour le forum toutes les 24 heures ...   

Partagez | 
 

 [En cours] (Xena) Envers et contre Tout

Aller en bas 
AuteurMessage
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Jeu 23 Aoû 2012 - 19:40

Me voici avec une toute nouvelle fic Kiss
Enjoy Wink

Disclaimers : Je le dis et le répète, les personnages ne sont pas à moi mais l'histoire l'est totalement Wink

Violence : Oui. C'est le monde de Xena la conquérante et impératrice de Rome alors oui, il y a de la violence.

Sexe : Pas pour l'instant.

Si l'idée que deux femmes puissent s'aimer vous répugne alors passez votre chemin ou prenez le mais ne m'en voulez pas.

Sur ce, je vous laisse lire le prologue ...

_______________________________________________________________________

Prologue



Tout était enfin prêt. Elle venait de finir d’enfiler sa robe de mariée. Cette dernière soulignait ses formes à merveille et était munie d’un simple décolleté mais qui ferait effet à toute personne la croisant. On l’avait parée des plus beaux bijoux du village. Sa mère lui avait donné son propre collier ; le même collier que lorsqu’elle s’était mariée elle-même, quelques dizaines d’années plus tôt. Elle se regarda dans le miroir situé en face d’elle et sourit. Tout le monde était en effervescence autour d’elle. Son père vint la chercher. Tout le village était là pour elle. Elle allait le faire ! Elle avait le trac. Oh oui … Ses jambes tremblèrent mais elle se ressaisit la seconde d’après. Son père continua à la mener vers sa destinée sans une seconde de répit. Elle ralentit le rythme lorsqu’elle vit pas moins d’une cinquantaine de personnes se lever à son arrivée. Elle regarda vers l’hôtel de fortune et sourit … Un faux sourire. Elle aurait voulu parcourir le monde mais elle n’en avait jamais eu le cran … ni l’occasion. Elle n’avait pas eu non plus le cran de s’opposer à ses parents lorsqu’ils l’avaient informée qu’elle était promise à Perdicas. Il était gentil. Ca c’est vrai. Mais elle ne l’aimait pas. Elle s’était donc décidée à vivre une vie de paysanne … À rester bloquée dans ce village pour toujours. Elle sentit quelqu’un lui secouer le bras et sortit brusquement de ses pensées, retrouvant cette triste réalité qu’était la sienne. Son père la regarda.
Hérodote : Ca va ma puce ? Quelque chose ne va pas ?
Elle le regarda et lui sourit.
G : Ca va papa. Je suis juste très excitée.
Evidemment, elle mentait. Elle était triste. Elle devait tout arrêter. C’était sa seule chance de pouvoir vivre véritablement. Non. Elle n’en aurait pas le courage. Elle voulait juste que le temps s’arrête ; qu’il s’arrête de s’écouler aussi vite pour qu’elle puisse réfléchir.
Son père lâcha son bras. Elle faillit tomber, n’ayant plus rien à quoi s’accrocher. Chancelante, elle regarda celui qui allait devenir son mari ; celui avec qui elle allait passer sa vie entière ; celui qui ne se doutait absolument pas de ce qui se passait dans sa tête. Il lui sourit, innocent.
Le prêtre commença à parler … Un long discours. Les mains de Gabrielle devenaient de plus en plus moites au fur et à mesure que le discours avançait. Elle entendit vaguement Perdicas dire amoureusement « Je le veux » et lui passer une bague quelconque à son doigt. Elle sentit l’anneau peser, l’emprisonnant, l’étouffant. Le prêtre lui posa ensuite la question tant attendue. Elle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. La vérité, c’est qu’elle ne savait pas quoi dire. Elle lut de l’inquiétude sur le visage de Perdicas. Lila lui tendait l’anneau, stressée elle aussi. Elle regarda autour d’elle. Tout le monde la regardait ; tout le monde attendait sa réponse. Elle faillit suffoquer et sentit ses poumons se compresser. Tout devint flou autour de Gabrielle et elle sentit ses pieds se dérober sous elle. Lila lâcha la bague et rattrapa de justesse sa sœur avant que celle-ci ne touche le sol. Elle posa ensuite une main sur le front de Gabrielle. Il était trempé et brûlant.

____________________________________________

A suivre ...

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Dim 2 Sep 2012 - 18:00

Je mets un grand nombre de chapitres à la suite Wink

___________________________________________________

Chapitre I

Gabrielle entendit la voix de sa sœur l’appeler plusieurs fois puis elle entendit un drôle de son … Une sorte de cri. Elle se sentit déposée sur le sol froid, à moitié consciente, puis elle entendit Lila crier. Sur qui, elle ne le savait pas. Une voix grave, posée, mais glaciale répondit à sa sœur. Celle-ci cria à nouveau. Elle ne prit pleinement conscience de ce qui arrivait que lorsque sa vision redevint claire et qu’elle reprit connaissance. Ce qu’elle vit la fit trembler. Une multitude de guerriers se battait autour d’elle. Se battre était un bien grand mot. Les villageois n’avaient aucune chance de ne pas être capturés ou tués. Tout le village allait être détruit. Toute son enfance. Lila était devant elle et lui tournait le dos, bras écartés. Elle faisait face à une guerrière aux cheveux de jais et au regard aussi glacial que sa voix. Elle frissonna. La guerrière sourit sadiquement à Lila et lui lança un regard de braise malgré les deux saphirs froids qu’elle avait à la place des yeux. Lila ne trembla pas. Gabrielle, elle, sentit sn cœur battre à une vitesse inimaginable. Elle sentit une goutte de sueur couler entre ses seins. Elle commença à trembler devant ce sourire sournois et ces yeux tueurs. Elle fût bien contente d’être déjà au sol. Si elle n’y était pas déjà avant l’apparition de la terreur aux yeux bleus, elle y aurait de toute façon été après.

L : Je ne te laisserai pas la prendre comme esclave Xena. On te connait. Quand ils deviennent tes esclaves, ils le restent jusqu’à leur mort.

X : Comme tous les esclaves. Je ne vois pas ce que je fais en plus ou en moins. En plus, mes esclaves sont bien traités. Pas comme certains autres seigneurs de guerre.

Gabrielle avait déjà entendu ce nom quelque part … Mais oui. L’impératrice elle-même ! Elle avait même entendu qu’elle prévoyait de se marier avec César dans quelques mois. Ses crimes étaient odieux. Elle rasait des villages entiers qui avaient osé lui résister, ne laissant aucune âme qui vive, tuant hommes, femmes et enfants.

L : Je ne te laisserai pas prendre notre liberté.

X : (Xena laissa échapper un rire et fit tourner son épée) Alors, ce sera votre vie. C’est bien dommage car la petite derrière toi m’aurait rapporté gros.

Gabrielle devait réagir. Elle voyait bien que si Lila continuait à provoquer cette Xena, elles mourraient toutes les deux.

Elle se releva alors et fit face à la terreur elle-même. Elle posa ensuite la main sur l’épaule de sa sœur et parla de sa voix tremblante.

G : Arrête Lila !

L : (se retournant vars sa sœur) Mais Gab …

G : (elle la coupa) Non ! Je ne te laisserai pas te faire tuer.

Xena baissa son arme et mit sa tête de côté, amusée par cette petite blondinette.

G : (à Xena) Prenez-moi comme esclave. Je vous jure que je ne tenterai jamais de m’échapper. Mais laissez Lila, ma famille, mes amis et le village en paix.
Xena demanda à ses guerriers d’arrêter le combat et Gabrielle fit de même avec les villageois.

X : Tu m’en demande beaucoup … Intéressant mais pas aussi amusant ! Ta famille et tes amis peuvent se négocier mais tout le village, non.

G : Ok. Je vous écrirai sur un parchemin le nom de ma famille et de mes amis.

X : Je n’ai pas dit que j’acceptais ! Mais si tu dis que tu n’essayeras jamais de t’échapper ou de te retourner contre moi, je veux un document écrit.

Normalement, elle ne se laissait pas avoir aussi facilement. Mais l’idée d’avoir une esclave qui ne se rebellerait pas et de, pour une fois, épargner quelques personnes – ce qui remonterait sa côte auprès de son peuple - la décida à signer le parchemin qu’avait fait Gabrielle et à le donner aux villageois. Celle-ci signa en retour un autre parchemin qu’elle remit à Xena. Cette dernière prit prestement le bout de papier et le rangea entre ses deux seins, dans son armure.

X : Tu es à moi maintenant et tu vas me suivre gentiment avec le reste du village.

G : Mais …

X : (elle la coupa) Oui je sais. Que ceux qui ne sont pas de tes amis ou de ta famille.

Elle fit signe à ses soldats de prendre ceux qu’elle avait négociés et de les attacher.

G : Je veux dire au revoir à ma famille.

X : Fais … mais vite. Je n’ai pas que ça à faire.

Gabrielle regarda tristement sa sœur, la prit dans ses bras, puis dit au revoir à chaque personne qu’elle aimait et qu’elle n’allait probablement plus jamais revoir. Elle avait peut-être fait une bêtise mais elle avait sauvé une grande partie du village en agissant de la sorte. Oui. Elle l’avait fait pour le bien d’une grande majorité. Maintenant, elle allait voir ce que la terreur aux yeux bleus allait lui faire faire. Laver le sol ? Sûrement. Lui apporter à manger lors des dîners ? Peut-être. En tout cas, à partir de ce moment, elle n’était plus libre …

____________________ A suivre _______________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Dim 2 Sep 2012 - 18:01


Chapitre II



Ca faisait des jours qu’ils marchaient jour et nuit. Elle n’en pouvait plus. Elle regarda encore une fois derrière elle. Les autres esclaves attachés les uns aux autres n’en pouvaient plus non plus. Les hommes de la conquérante les avaient tous habillés, y compris elle, d’un morceau de tissu qui les grattait. Ils leur avaient enlevé leurs vêtements sans pudeur et les avaient laissés au village. La conquérante avait prit tous ses bijoux y compris les bijoux de sa mère.
Une femme tomba de fatigue derrière elle, faisant tomber les quelques personnes devant et derrière elle. Gabrielle manqua aussi de tomber mais enfonça ses pieds nus dans le sol, s’y cramponnant pour aider à relever ceux qui étaient derrière elle. Le lien de fer à sa gorge lui brûlait. Ses poignets, attachés derrière son dos au moyen de chaînes lui faisaient mal. La femme qui était tombée ne se relevait pas malgré l’aide des esclaves autour d’elle qui s’étaient tous relevés très difficilement.
La conquérante descendit de son cheval à la crinière blanche et à la robe beige. Elle marcha d’un pas décidé vers la femme gisant à terre, la fusillant de ses yeux terrifiants.
Gabrielle osa prendre la parole. Il le fallait !

G : Madame la conquérante.

Celle-ci stoppa net sa marche et se tourna vers l’esclave qui avait osé lui parler.
Gabrielle ravala sa salive. Oh elle avait fait une erreur. Elle allait payer.
La guerrière s’avança vers Gabrielle et la regarda de haut, obligeant son esclave à baisser les yeux.

X : Comment oses-tu, esclave, parler à la conquérante ?

Gabrielle ne répondit pas. Il ne fallait pas répondre.

X : Bien. Je préfère ça.

Elle se retourna vers la femme qui gisait toujours au sol et commença à marcher dans sa direction. Elle sortit son épée de son fourreau et releva la tête de la femme du bout de son épée.
Gabrielle ouvrit de grands yeux et se décida à parler.

G : Nous sommes tous crevés. Nous allons mourir si nous ne dormons pas. Nous avons besoin de nous reposer.

La conquérante se retourna à la vitesse de l’éclair. Gabrielle sentit la tranche de l’épée sur sa gorge. La conquérante était derrière elle.

X : (elle cria) Je t’ai dit de te taire !

Mais Gabrielle continua.

G : Nous sommes à bout de force. Si on ne s’arrête pas, vous ne pourrez plus rien tirer de nous.

La conquérante appuya sur la gorge de son esclave qui gémit. Elle lui murmura à l’oreille.

X : (en murmurant) Tu as peut-être un peu raison. Je ne vais pas abîmer ma marchandise.

Elle enleva l’épée de la gorge de Gabrielle qui laissa échapper un soupir de soulagement.

La conquérante s’approcha de la femme à terre, lui souleva à nouveau le menton avec la pointe de son épée, regarda sa proie dans les yeux et lui dit sèchement :

X : Relève-toi !

La femme tenta de se relever mais retomba aussitôt. Gabrielle fit un pas en avant, voulant l’aider. La conquérante se retourna, pointa son épée vers Gabrielle et la regarda froidement. Elle l’avait bien fait comprendre. On n’aide personne. Elle s’intéressa à nouveau à la femme étendue sur le sol et ne lui dit qu’un seul mot.

X : Prie !

La femme la regarda bizarrement, ne comprenant pas pourquoi elle devait prier. La conquérante la prit par le bras et la souleva comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume.
Ce qui suivit terrifia Gabrielle. La guerrière serra le pommeau de son épée et enfonça la lame sans émotion dans le ventre de la femme. Du sang coula de la bouche de la victime de la conquérante. Gabrielle laissa échapper un cri. Celle qu’on appelait Xena la conquérante mit son pied sur le thorax de la femme et enleva son épée. La femme chuta lourdement sur le sol. Gabrielle vit un sourire se dessiner sur les lèvres de la guerrière. Celle-ci commença à rigoler. Un rire glaçant.

____________________ A suivre _______________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Dim 2 Sep 2012 - 18:01

Chapitre III


X : (à l’intention de ses hommes) Ramassez-moi ce corps. Il se vide de son sang et je n’ai pas envie de salir mes autres esclaves … Et allez me nettoyer mon épée.
Hommes de Xena : (en cœur) Oui chef.

Le bras droit de Xena désigna deux de ses hommes pour retirer le corps des chaînes et encore un autre pour aller nettoyer l’épée de sa chef.
Gabrielle déglutit.
La conquérante s’approcha d’elle, le sourire toujours scotché sur ses lèvres.

X : (murmurant à Gabrielle) Je déteste qu’un esclave ait raison.

Gabrielle se pétrifia. C’était de sa faute si la femme était morte !

X : (criant pour se faire entendre) Je vous accorde une pause de quelques heures pour dormir. On partira au petit matin. Le prochain qui tombe, je le tue. Je n’aime pas que mes esclaves soient faibles !

Gabrielle s’allongea sur le sol, les poignets toujours liés derrière le dos. La conquérante avait enlevé l’anneau de fer à la gorge de ses esclaves. Elle commanda à ses hommes de surveiller les esclaves pendant qu’elle allait se nettoyer. Elle était couverte de sang.
Gabrielle tomba assez vite dans les bras de Morphée. Elle n’en pouvait plus.
Xena, après avoir organisé les tours de garde et la surveillance des esclaves pour la nuit, se dirigea vers le lac. Elle retira son armure, le cuir qui était en dessous et tout le reste de ses vêtements et plongea dans l’eau. Elle sentit l’eau fraîche glisser sur sa peau et finir par l’entourer. Un bon bain du soir la revigorait. Elle se laissa aller dans l’eau et détendit ses muscles qui étaient restés crispés toute la journée. C’était fatiguant d’être elle. Elle devait toujours s’entraîner pour être au top de la forme et paraître de glace devant ses hommes pour asseoir son autorité sur eux. Elle faisait la même chose avec ses esclaves. La seule personne devant qui elle était plus ou moins elle-même était César. Elle allait se marier avec lui dans quelques mois. La date n’était pas encore fixée. Elle l’aimait bien mais s’en servait surtout pour dominer son peuple. Elle avait toujours eu envie de conquérir la Grèce. Alors, quand César lui avait donné son armée personnelle, elle avait commencé sa conquête. Poteidaia était un des derniers villages à conquérir. Elle avait déjà marché victorieusement sur Athènes. Sa victoire était entrée dans la légende. Elle avait bien combattu. Il ne restait que Spartes sur son chemin. Evidemment, les quelques villages aux alentours allaient être faciles à battre mais Spartes serait un vrai défi. Quand elle en aurait fini avec le Grèce, il ne lui resterait plus rien à conquérir à moins qu’elle ne s’attaque au grand Empire du Milieu. Le mettre à genoux devant le pouvoir de Rome allait être un grand défi. Oh ça oui. Elle qui ne rêvait que de combats allait être servie.

___________________________ A suivre ______________________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Dim 2 Sep 2012 - 18:01

Chapitre IV

Elle attendit dans l’eau quelques minutes en plus puis alla se rhabiller. Elle attendit le coucher de soleil. Elle avait toujours adoré les levers et les couchers de soleil. Mais aucun de ses hommes ou de ses esclaves ne devait la voir admirer le ciel. Elle avait une réputation à tenir.
Le ciel se teinta de rouge, d’orange et de jaune. Des striures orange se mélangeaient aux striures jaunes et rouges qui se mélangeaient au ciel de plus en plus bleu. Bientôt, le ciel ne fût plus que bleu et noir. Des taches lumineuses parsemèrent le ciel. Xena s’était toujours demandée ce qu’étaient ces points lumineux. Une fois, quelqu’un lui avait dit que c’était les Dieux qui voulaient faire plaisir aux hommes en leur offrant un magnifique spectacle à regarder. Un autre lui avait dit que les Dieux avaient mis des points de repère dans le ciel pour guider les voyageurs. Elle ne savait pas quelle théorie croire. Elle prit son fourreau qui portait son épée et le mit à sa taille. Un de ses hommes la lui avait ramenée toute propre. Elle aurait très bien pu la nettoyer toute seule – elle aurait été mieux nettoyée – mais il fallait instaurer un règne de terreur et de respect. Elle soupira, remit son masque impassible et rentra au camp.

Gabrielle se réveilla en sursaut, un cou de pied dans le ventre. Il faisait encore noir mais le soleil n’allait pas tarder à faire son apparition.
La conquérante s’adressa à ses esclaves quand tout ceux-ci furent attachés ensemble au moyen d’anneaux de fer enserrant leur cou. Gabrielle avait été placée en tête de file, juste derrière le cheval de la conquérante.

X : Je suis sûre que vous vous demandez bien où l’on va comme ça. On va vers Athènes ou je pourrai rejoindre le reste de mon armée. Je vous vendrai là bas. J’ai un joli château qui accueillera certains d’entre vous.

La conquérante regarda Gabrielle, un sourire méchant accroché à ses lèvres. Celle-ci déglutit et baissa la tête. Etre l’esclave de la conquérante allait être plus difficile qu’elle ne le pensait. Elle aurait voulu être vendue car elle aurait peut-être pu, au bout d’un certain temps, être affranchie. Mais avec la conquérante, elle ne le sera jamais.

X : En route !

La conquérante monta sur son cheval et le fit avancer. La marche harassante reprit de plus belle. Mais Xena laissa ses esclaves et ses hommes se reposer chaque soir. Elle n’avait pas envie de perdre de l’argent.
Trois semaines plus tard, le nombre d’esclaves avait triplé. Gabrielle était toujours en tête de file. Elle n’avait comme paysage à longueur de journée que le dos de la guerrière et ses longs cheveux soyeux tombant sur son armure. Elle ne savait pas dans combien de temps ils allaient arriver à Athènes. Elle sentait déjà que ses jambes étaient devenues plus fortes. Ses bras aussi avaient pris des muscles à force de les serrer dans son dos et d’aider les autres esclaves à ne pas tomber. Ses abdominaux s’étaient endurcis de devoir se relever sans utiliser ses bras. Sa peau devenait de plus en plus hâlée à marcher au soleil. Le pire qu’elle avait à supporter, c’était de ne prendre son bain qu’une fois par semaine. Elle adorait quand ils pouvaient prendre leur bain car les hommes de la conquérante leurs enlevaient toutes leurs attaches. Elle pouvait alors se décoincer les épaules et se détendre. Le seul problème, c’est que la conquérante restait là, à surveiller les moindres faits et gestes des esclaves. Elle allait alors dans l’eau avec son morceau de tissu comme vêtement et ne l’enlevait qu’une fois qu’elle était sûre qu’on ne voyait pas son corps nu. Elle nettoyait ensuite son vêtement et le mettait sur une pierre pour qu’il sèche. Elle ne s’aventurait jamais où elle n’avait pas pied car elle ne savait pas nager. Le seul problème qu’elle avait, s’était de sortir de l’eau et de mettre son vêtement sec. Là, elle était vraiment sans défenses.
Aujourd’hui allait être le jour du bain. Elle s’en réjouissait d’avance. Elle avait un mal terrible aux épaules et ne les sentait plus. C’était sans compter ses pieds nus qui souffraient de marcher sans cesse à longueur de journée.
Elle traîna des pieds ce jour-là. Ses jambes lui faisaient un mal terrible. Elle ne vit pas la pierre qui se trouvait sur son chemin et trébucha dessus. Elle chuta, emportant quelques autres esclaves avec elle, et cria de douleur. Sa cheville droite lui faisait horriblement mal. Elle sentait son sang battre dans son pied.

___________________________ A suivre ____________________________

Mais qu'a Gabrielle ? Va-t-elle se faire tuer à cause de sa maladresse ? Grin La suite dans le prochain épisode Wink

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Dim 2 Sep 2012 - 18:02

Chapitre V

La conquérante se retourna, entendant le cri de sa jeune esclave. Quand elle la vit par terre, elle soupira. Elle allait devoir la tuer. Elle questionna son bras droit, Baltius.

X : Elle est tombée de fatigue ?

B : Non Xena. Je crois qu’elle a chuté à cause d’une pierre.

X : Ah ok. Je ne serai pas obligée de tuer un autre esclave. Si c’était de fatigue, j’aurais dû la tuer. Je n’accepte pas la faiblesse.

Gabrielle continuait de crier. Elle sanglota en même temps. Elle avait tellement mal. Elle espérait que sa bêtise ne la fasse pas tuer.

X : Bon. Je vais devoir aller voir ce qu’elle a. Pause pour tout le monde.

La conquérante s’approcha de son esclave et la détacha.

X : (s’adressant à tous les esclaves) Vous tous, assis. Repos le temps que je la soigne.

Xena s’approcha de Gabrielle et commença à lui parler.

X : Tu as mal où ?

G : L … Là.

Elle montra sa cheville droite. Elle commençait à enfler et à devenir bleue.
Xena tira la tête. Ca n’annonçait rien de beau.

X : Il faut rafraîchir tout ça. Je vais prendre des bandages pour garder ton pied sans bouger et je t’amènerai après au lac. On y était presque.

G : Merci.

Oups. Elle avait osé parler à la conquérante. Celle-ci la regarda, eut un moment d’hésitation, puis …

X : De rien.

Elle n’en croyait pas ses yeux. La conquérante elle-même lui avait dit « de rien » ! Elle vit celle-ci partir, visiblement gênée. Il ne lui fallut qu’une à deux minutes pour revenir avec tout le nécessaire. Elle avait même préparé un baume avec des plantes qu’elle avait mit dans une feuille puis dans un de ses sacs accrochés au cheval.

X : Baltius ?

Son bras droit arriva très rapidement.

X : Je vais au lac pour soigner l’esclave. Rejoignez-moi à votre rythme. Mais laisse leur quelques minutes pour se reposer avant de continuer.

B : Oui Xena !

La conquérante s’avança vers Gabrielle, mit un de ses bras sous les aisselles de Gabrielle et l’autre dans le creux de ses jambes puis la souleva sans aucune difficulté. Elle mit Gabrielle à l’avant de son cheval, le pied surélevé et monta derrière elle.

X : Aller Argo.

Gabrielle manqua de glisser de la selle quand Argo dû sauter au dessus d’un arbre renversé. Mais la conquérante la rattrapa et posa sa main sur le ventre de son esclave pour la retenir.

X : On devrait y arriver dans cinq minutes si je ne me trompe pas.

Gabrielle ferma les yeux. Non seulement, sa presque chute avait réveillé une douleur encore plus forte dans sa cheville mais son corps était maintenant collé à celui de la conquérante. Elle sentit le cuir frotter contre son dos tout endolori. Elle faillit vomir à cette pensée mais se retint. Après tout, elle se serait peut-être fait plus mal encore si la conquérante ne l’avait pas rattrapée.
Celle-ci avait sentit le corps de la jeune femme quitter la selle lors du saut d’Argo. Elle l’avait alors tout simplement retenue et avait posé sa main sur le ventre de Gabrielle pour ne pas qu’elle tombe. Ce geste les avait rapprochées sur la selle. Elle sentit son ventre se réchauffer. Sa main était à la limite de trembler. Heureusement, le lac n’était plus très loin.
Elle sauta d’Argo puis souleva son esclave de son fidèle destrier. Elle la déposa doucement au bord de l’eau, sur un ponton en bois et découvrit l’étendue des dégâts. Sa cheville était carrément bleue et avait doublé de volume.

X : Ta cheville est cassée. Je vais devoir remettre en place les os.

Gabrielle ouvrit de grands yeux à la dernière phrase.

X : Tiens-toi prête …

Gabrielle entendit sa cheville craquer et une douleur fulgurante remonta jusqu’ à son genoux. Elle vida tout l’air de ses poumons en criant. Puis elle ferma les yeux et se concentra. Elle ne devait pas paraître faible devant la conquérante sinon, elle serait à sa merci.
Celle-ci serra les dents quand elle entendit le cri. Ca devait faire mal. Elle passa ensuite de l’eau froide sur le pied de Gabrielle.
L’eau froide faisait tellement de bien que Gabrielle se déplaça sur ses mains pour être plus près de l’eau et mit tout son pied dans l’eau. Xena la laissa faire.

X : Je te laisse quelques minutes. Il faut que tu laisses ton pied dans l’eau.

Xena revint peu de temps après et ouvrit de grands yeux. Son esclave avait disparu.

_____________________________ A suivre____________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Lun 10 Sep 2012 - 15:08

Chapitre VI

Elle regarda là où elle l’avait laissée et en déduisit qu’elle ne pouvait pas avoir fuit par la terre. Il n’y avait aucune goutte d’eau sur le ponton. Par l’eau non plus. Elle n’aurait pas pu nager avec sa cheville dans cet état. C’est là, qu’elle vit quelques bulles d’air remonter à la surface. Elle ouvrit alors de grands yeux et plongea toute habillée dans l’eau. Elle en ressortit trempée, avec dans ses bras Gabrielle. Elle ne respirait plus. Elle la mit sur le ponton et monta à son tour dessus. Elle lui prit le pouls de son esclave au poignet et soupira de soulagement. Son cœur battait toujours mais, malheureusement, elle ne respirait plus. Elle entreprit alors de lui souffler de l’air dans ses poumons et de lui faire un massage cardiaque.
Gabrielle recracha toute l’eau présente dans ses poumons et toussota. Xena la redressa et passa un bras en dessous de son dos pour la soutenir. Gabrielle regarda la conquérante dans les yeux et découvrit deux bleus remplis d’émotion. La conquérante était donc capable d’avoir des émotions. Bon à savoir.
Xena tomba sur deux émeraudes belles à en mourir et n’arriva plus à bouger.
Gabrielle détourna le regard quand les deux opales se firent trop insistantes. Elle commença à trembler de froid dans ses vêtements trempés.
Xena réagit tout de suite en se levant et en allant chercher une couverture dans un de ses sacs. Déshabille-toi et réchauffe-toi là dedans.

G : De … devant vous ?
X : (soupirant) Non … Je vais chercher le baume et les bandages qui sont dans une des sacoches d’Argo. J’attendrai une minute. Pas plus. Si tu n’es pas dans la couverture, tant pis.

Gabrielle hocha la tête et la conquérante partit vers Argo. Elle prit le baume et les bandages et les déposa sur sa selle. Elle chercha autre chose dans son sac et quand elle l’eût trouvé, elle décida que la minute était passée. Elle prit le baume et ce qu’elle venait de trouver en main et se retourna vers la blessée. Gabrielle était déjà dans la couverture mais tremblait toujours.

X : Ton habit ?

Gabrielle le montra du doigt. Xena déposa ses affaires sur le ponton et prit l’habit de son esclave. Elle le mit à plat sur une pierre noire et revint vers Gabrielle. Elle demanda ensuite à Gabrielle de lui donner son pied.
Gabrielle se laissa faire quand la conquérante s’assit en face d’elle et lui prit le pied. Cette dernière étala avec délicatesse le baume sur la cheville de son esclave. Gabrielle serra les dents et les poings tellement elle avait mal.
Xena savait que se casser la cheville faisait très mal. Elle en avait fait les frais. C’est pour ça qu’elle y allait doucement avec son esclave.

X : En fait … Tu t’appelles comment ?

Gabrielle était surprise que la conquérante lui pose la question.

G : Gabrielle.

Xena hocha la tête, contente de l’information qu’elle venait d’avoir. Elle lui banda ensuite la cheville de façon à immobiliser l’endroit douloureux. Quand tout ça fut fini, elle sortit de derrière son dos une robe.

X : C’est pour le chemin jusqu’à Athènes. Il ne reste plus qu’une semaine mais j’ai senti tout à l’heure que le vêtement que je t’avais donné grattait. Il n’est pas très confortable.
G : Vous voulez dire que …
X : Oui. Tu le porteras au lieu du vieux chiffon.

Gabrielle réfléchit quelques instants. Elle serait à la merci de la conquérante si elle acceptait quelque chose d’elle. Mais le fait de ne plus devoir porter cette vieille loque qui lui servait de vêtement était vraiment alléchant.

G : Non merci. Je risque d’attirer la colère des autres esclaves.
X : Tu es obligée !
G : Si c’est comme ça, alors je suis d’accord.

Xena lui sourit, contente qu’elle porte la robe. Gabrielle était de plus en plus étonnée. Elle savait donc aussi sourire. Et pas que méchamment ! Elle eut encore un frisson et resserra la couverture autour d’elle.
Xena avait tellement envie de se mettre derrière elle et de la serrer jusqu’à ce que les tremblements s’arrêtent mais elle ne le fit pas. Elle devait garder son autorité. Et si Gabrielle sentait qu’elle pouvait avoir une emprise sur elle, elle s’en servirait sans problème. Elle ne voulait pas perdre sa crédibilité !

_____________________________ A suivre____________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Lun 10 Sep 2012 - 15:09

Chapitre VII

X : Tu termines de te sécher puis tu mets la robe. Je vais quand même reprendre l’autre vêtement.

Elle se leva, alla chercher la loque qui était maintenant sèche et la mit dans un des sacs d’Argo. Elle jeta la feuille qui lui avait servi à transporter le baume et revint vers Gabrielle qui terminait de s’habiller. Xena laissa aller ses yeux sur l’épaule dénudée de son esclave. Le tissu la recouvrit rapidement. La conquérante respira un grand coup puis marcha vers Gabrielle.

X : Tu restes sur le ponton et tu ne t’enfuis pas.

Gabrielle hocha la tête.

X : Bien.

Elle se déshabilla devant Gabrielle puis fit un parfait plongeon dans l’eau. Gabrielle détourna d’abord les yeux puis se risqua à regarder. Elle fut alors subjuguée par la beauté de la conquérante et ne put détacher ses yeux de ce corps musclé et hâlé. Quand Xena fût complètement dans l’eau, Gabrielle se dit qu’elle n’était vraiment pas pudique. Tant mieux. Mais à quoi venait-elle de penser ? Elle ne devait pas tomber à la merci de cette femme. C’est quand même une guerrière sanguinaire qui te tuera au moindre faux pas.
Elle regarda quand même la conquérante nager. Elle nageait si bien ! Peut-être qu’elle pourrait lui apprendre. Non. Impossible. Mais qu’imaginait-elle ?

La guerrière sortit de l’eau après une bonne demi-heure de relaxation. Elle avait réussi à troubler la petite blondinette. Elle sourit. Ca avait fait de l’effet. Elle avait fait ses plus belles nages pour l’impressionner. Ce qu’elle allait faire maintenant allait liquéfier la petite blonde. Elle en était sûre. Elle sortit de l’eau et prit la couverture qui se trouvait à quelques petits mètres de Gabrielle. Elle lui sourit puis mit la couverture sur elle pour se réchauffer. Elle l’aurait à sa merci à Athènes. Elle lui obéirait sans rechigner. Xena s’assit près de Gabrielle et mit sa tête en arrière, profitant du soleil.

Gabrielle ne l’avait à aucun moment quittée du regard. Elle était pétrifiée et ses yeux étaient grands ouverts. Elle était presque choquée. Elle tourna sa tête vers le large pour se concentrer sur autre chose mais elle n’y arriva pas et tourna à nouveau sa tête vers la conquérante. Ses yeux se posèrent sur sa gorge. Ils s’en détournèrent aussitôt. Son ventre brûlait intérieurement mais elle repoussa ce feu. Elle le fait exprès. Non. Elle ne m’aura pas à sa merci. Je ne ferai pas tout ce qu’elle dira. Elle aura du fil à retordre avec moi ! C’est décidé.
Elle sentit un regard se poser sur elle. Mais ne détourna pas les yeux du lac.

X : Alors. Tu admires le paysage ?

G : Oui. Mais je suis déçue. Je pensais que les arbres étaient super beaux. Mais en y regardant de plus près, ils sont assez moches. Ils ont des maladies ou ont des branches cassées.

La conquérante grogna, comprenant le sous-entendu, puis se leva, allant s’habiller autre part. Elle l’avait cherché cette réflexion(réflection) … à elle aussi faire des sous-entendus. Ca ne se passera pas comme ça.

Gabrielle sourit au grognement de la conquérante. Un point pour moi, zéro pour elle.

Xena revint quelques minutes après, secouant ses cheveux pour les sécher. Elle finit de les sécher avec sa couverture puis alla vers Argo, prit quelque chose dans une de ses sacoches et vint s’asseoir près de Gabrielle.

X : Brosse-moi les cheveux.

Demandé comme ça … pensa-t-elle.
Elle prit la brosse et se mit plus ou moins à genoux derrière la conquérante.

Ses cheveux étaient encore un peu humides. Elle commença à les brosser et démêla tous les cheveux, devant parfois les prendre individuellement avec ses mains pour pouvoir défaire les nœuds.

G : Vos cheveux sont magnifiques, madame.
X : (rougissant) Merci.

Elle était heureuse que son esclave soit derrière elle comme ça, elle ne la voyait pas rougir. Elle appréciait chaque coup de brosse donné par cette dernière.
Quelques minutes plus tard, Xena mit sa main sur le manche de la brosse et par la même occasion sur la main de Gabrielle pour arrêter le brossage. Gabrielle rougit quand le regard de Xena se posa sur sa main. Elle lâcha sa prise sur la brosse tandis que Xena la prenait.

_____________________________ A suivre____________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Cestmoi le Lun 10 Sep 2012 - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Lun 10 Sep 2012 - 15:10

Chapitre VIII

X : Je crois que c’est assez. Mes cheveux ont été brossés pour des jours.

Gabrielle lui sourit.

X : A toi maintenant. Je ne veux pas avoir une esclave qui a les cheveux en bataille.

Gabrielle était surprise.
C’était au tour de la conquérante de lui brosser les cheveux. Elle les brossa en faisant bien attention à ne pas en arracher un seul. Quelques-uns de ses doigts se perdirent dans le cou de la blonde qui frissonna à chacun des contacts avec la peau de la conquérante.

X : Je vois que ta peau a bronzé pendant le voyage.

G : Oui madame. C’est exact.

X : Tu es encore plus jolie comme ça.

Elle avait dit cette phrase dans son oreille tel un murmure ; elle l’avait dit avec une voix suave, lui faisant rater un battement. Mais elle tint tête et ne répondit qu’un simple « merci madame ».

Xena ne comprenait pas pourquoi la blondinette n’avait pas encore plié. Elle plierait, ça oui. Mais elle n’avait pas prévu qu’elle lui résisterait aussi longtemps. Ca allait être un chouette jeu.

Baltius arriva quelques minutes plus tard avec tous les autres esclaves attachés comme des bêtes. Xena se leva et alla l’aider à détacher les esclaves.

X : (criant sur les esclaves) A genoux ! Aujourd’hui, c’est le jour du bain. Vous puez tellement que vous allez nous faire repérer à des kilomètres.

Tous les esclaves baissèrent la tête mais un homme assez musclé répondit à la conquérante. C’était un des nouveaux.

H : Peut-être que si vous nous autorisiez à nous laver plus souvent, on sentirait moins.

La conquérante tourna la tête vers cet esclave mal éduqué.

X : Peut-être que j’ai besoin de t’éduquer toi.
Gabrielle suivait toute la scène des yeux, assise sur un coin de pelouse, attachée à un arbre par le cou.

La conquérante prit son esclave par la peau du cou et le releva en une fois. L’homme osa la regarder dans les yeux. Il venait de commettre une grave erreur. Elle le fusilla du regard et lui envoya un coup de genou dans l’abdomen. Il resta debout malgré le choc. Elle lui envoya un crochet du droit puis le rua de coup une fois qu’il était à terre. Elle arrêta les coups quand elle jugea qu’elle l’avait assez puni.

X : (parlant à tous les esclaves) Que cette loque serve d’exemple. On ne se plaint pas à la conquérante ni à ses hommes. On ne lui répond pas. On lui obéit. (parlant à son esclave gisant à terre) As-tu compris ?

Il ne répondit pas mais le regarda encore une fois dans les yeux, la fusillant du regard, la bouche en sang.

X : (s’adressant à nouveau à tous ses esclaves) Dernière chose … On ne regarde ni la conquérante ni ses hommes dans les yeux !

Elle releva son esclave puis l’attacha à un arbre et lui donna vingt coups de fouet. Gabrielle n’arrivait plus à regarder cette horreur. Le dos de l’homme n’était plus que du sang. Ses jambes tremblaient. Miraculeusement, il tenait toujours debout.
Gabrielle ne comprenait pas. La conquérante l’avait regardée dans les yeux et elle n’avait pas souffert pour ça. C’est peut-être parce que c’était la conquérante qui l’avait regardée dans les yeux et pas l’inverse.

Xena arrêta de torturer son esclave et le détacha. Elle le jeta ensuite dans l’eau.

X : Vous tous … Vous avez une demi-journée pour vous laver et vous reposer. On reprend la marche vers la fin de la journée.

Xena donna son fouet à un de ses hommes qui alla le nettoyer. Elle alla s’asseoir à quelques mètres de Gabrielle et ferma les yeux, profitant de ce moment de calme. Gabrielle la regardait avec dégoût. Comment pouvait-on faire autant de mal à quelqu’un pour le plaisir ? Elle se risqua à poser une question à la conquérante.

_____________________________ A suivre____________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Cestmoi
Administratrice
Administratrice
avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 13/05/2012
Age : 22
Localisation : Somewhere looking at Naya Rivera <3

MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   Lun 10 Sep 2012 - 15:11

Chapitre IX

G : Madame la conquérante ?

X : Oui ?

G : Est-ce que je pourrais aller soigner l’esclave qui s’est plaint ? Si on ne le soigne pas, il attrapera une maladie et vous n’en tirerez pas un bon prix.

Il fallait jouer dans son sens. Parler d’argent et de vente. Il n’y a que comme ça qu’elle accepterait.

La conquérante grogna. Son esclave avait une fois de plus raison.

X : Très bien. Va le soigner !

Elle se leva et détacha le cou de Gabrielle. Celle-ci passa sa main à l’endroit ou ça lui faisait mal puis essaya de se lever. Elle n’y arriva pas.

X : Va jusqu’au ponton. Je vais demander à un de mes hommes de t’amener l’esclave. Je vais chercher une éponge.

Gabrielle arriva tant bien que mal à aller au bord de l’eau et s’assit, épuisée. L’esclave était déjà là. Il la regarda bizarrement. La conquérante arriva avec l’éponge et la jeta aux pieds de Gabrielle puis s’en alla. La jeune esclave prit l’éponge et la plongea dans l’eau.

G : Montre-moi ton dos s’il te plait.

L’homme s’exécuta. Gabrielle passa un premier coup d’éponge et vit les muscles du dos de l’homme se contracter sous la douleur.

H : Tu n’es pas comme les autres. La conquérante te tient à l’écart et tu portes une robe.

G : Ne t’inquiète pas je ne suis pas privilégiée. Tu as sans doute vu que je m’était fais mal aujourd’hui.

H : Oui. Je crois que c’était ta cheville.

G : Oui. Elle est cassée.

H : Ouille.

G : Oui. Elle m’a emmenée au lac et a remit les os en place puis a nettoyé et soigné ma blessure. Elle a ensuite mit des bandages dessus pour l’immobiliser. Elle m’a ensuite obligée à porter la robe. Je ne voulais pas car j’allais attirer la colère des autres esclaves mais je n’avais pas le choix. En plus, la robe est confortable et ne gratte pas.

H : Elle est très jolie en tout cas. Elle appartient à la conquérante ?

G : Je crois mais je n’en suis pas sûre. Elle a peut-être volé la robe dans un des villages qu’elle a détruits … Tu peux te mettre sur le ventre s’il te plait ? J’aurai plus facile à nettoyer tes blessures.

H : Oui sans problème … La conquérante … Elle t’a soignée comme ça ? Sans rien te demander en retour ?

G : Ben je dois porter la robe maintenant et j’ai dû lui brosser les cheveux.

Elle ne voulait pas dire que la conquérante pouvait faire preuve d’une quelconque gentillesse. Il ne fallait pas le dire sinon ça allait retomber sur elle. Elle sentait qu’elle pourrait révéler la gentillesse qui était en elle. Mais il ne fallait pas trop lui en demander pour le moment. Et voilà … Elle repensait à nouveau à faire le bien alors que ce n’était qu’une guerrière sans pitié.

H : Oui. Ca m’aurait étonné.

G : C’est quoi ton nom ?

H : Prométhée.

G : Comme …

P : (en souriant) Oui. Comme le grand Prométhée … Celui qui nous a donné le feu et la possibilité de guérir de nos blessures.

G : J’adore ce nom.

P : Merci. Et toi ?

G : Gabrielle. Mais tout le monde m’appelle Gab ou Gaby. Tu peux aussi le faire.

P : C’est un très joli prénom.

G : (rougissant) Merci … Et voilà, c’est fini. J’ai vu que tu as déjà prit ton bain donc je crois que je n’ai pas besoin de mettre de l’eau sur tes lèvres.

Il se remit assit, réfléchissant à quelque chose.

P : Mais pourquoi elle te garde à part ?

G : Je ne sais pas.

P : Tu vas faire comment pour marcher ?

G : Ca je ne le sais pas encore … On le verra ce soir … Tu sais, tu ferais bien de lui obéir.

P : Mais j’ai tellement envie de lui répondre !

G : Tu vas finir par te faire tuer. Une femme s’est fait tuée car j’avais décidé de parler à la conquérante, de me plaindre.

P : Mais c’est horrible !

G : Oui. Mais la femme était déjà morte de fatigue. Elle était déjà au sol. Même si je n’avais pas parlé, elle se serait fait tuer. La conquérante n’accepte pas la fragilité. Au moins, on a eu ce que j’ai demandé. On a pu se reposer. Avant, on ne faisait pas une seule pose. On ne dormait pas. Et ça a duré pendant des jours et des jours.

Gabrielle baissa sa tête.

G : Je me souviens du rictus sur les lèvres de la conquérante quand elle l’a tuée.

P : Ne t’en fais pas. Tu ne la verras bientôt plus. Quand elle te vendra, tu seras débarrassée d’elle.

Gabrielle laissa échapper une larme.

G : Tu ne comprends pas. Je vais devenir son esclave.

P : N’en sois pas si sûre. C’est peut-être une mauvaise intuition.

G : J’ai fait un marché avec elle. Elle épargnait une partie du village et je devenais son esclave … J’ai signé un papier comme quoi je ne tenterais jamais de m’enfuir. Je suis coincée.

P : Tu as marchandé avec elle et tu as sauvé une partie de ton village ? Mais c’est héroïque !

Gabrielle frotta ses larmes et sourit.

G : Je ne crois pas.

P : Mais si.

Il frotta d’une main les larmes qui continuaient à couler sur les joues de Gabrielle et la regarda dans les yeux. Il resta accroché au doux regard de l’esclave en face de lui.

P : Tu as de magnifiques yeux !

Elle rougit encore une fois.

G : Merci. Toi aussi.

P : Ca m’étonnerait. C’est moche le brun.

G : Non ! C’est profond. Je dirais plutôt qu’ils sont noisettes en plus.

Elle lui sourit.

P : Merci Gabrielle.

G : J’ai déjà dit …

P : (la coupant) Je préfère Gabrielle.

G : Ah bon ?

P : (lui souriant) Oui. C’est très joli comme prénom. Je l’ai déjà dit.

Soudain, Gabrielle se fit soulever du sol.

_____________________________ A suivre____________________________

____________________________


Mon site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creations-diverses.webnode.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [En cours] (Xena) Envers et contre Tout   

Revenir en haut Aller en bas
 
[En cours] (Xena) Envers et contre Tout
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marcher tout en étant bourré
» Ecran tout bleu
» [Fermé] PC Lent Mais tout neuf ...
» 660 contre 220
» Tout savoir sur le GPS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World Of Graphte :: L'écriture :: Vos écrits :: Fanfictions-
Sauter vers: